L’économie française face au coronavirus !

Le monde fait face depuis des mois à une crise sanitaire liée à la pandémie de la Covid-19. Cette situation a impacté sérieusement l’économie de tous les pays. Dans cet article, nous nous intéressons à celle de la France, pour lever un coin de voile sur la violente récession qu’a connu le pays, surtout en période du confinement.

Plusieurs points de croissance en moins pendant le confinement

La Covid-19 a eu un impact vertigineux sur l’économie française depuis sa survenue en décembre 2019. La situation a viré au rouge pendant le confinement avec la cessation presque totale des activités dans les secteurs. Pendant les deux mois qu’il a duré, l’économie française a perdu en gros six points de croissance selon les informations données par la Banque de France au mois d’avril 2020. Les chiffres parlent de 6% de perte sur la croissance annuelle. Les statistiques laissent entrevoir une perte plus élevée sur l’ensemble de l’année en raison de la reprise timide des activités après le confinement. La commission européenne pense pour sa part que le produit intérieur brut (PIB) français pourrait connaître une chute de 8,2% cette année.

L’activité économique bat toujours de l’aile en 2020

Un point de conjoncture rendu public par la banque centrale française deux mois après le confinement montre que l’activité économique en France est toujours plongée. Si pendant la deuxième quinzaine du mois de mars la chute a atteint 32% et passée à 27% en avril, elle n’a pas évolué jusqu’en juin. Le gouvernement a déployé des efforts pour remettre les choses en ordre, mais il n’a réussi qu’à freiné l’évolution de la courbe. En août, la situation s’est améliorée grâce à une politique de relance des activités et d’appui aux entreprises, notamment en situation difficile avec trop de dettes. Toujours est-il que les capacités de production et l’écoulement des produits battent toujours de l’aile. Cependant, l’économie de l’hexagone tient tant que mal face à la pandémie et pourra retrouver sa stabilité d’ici quelques mois.