Europe : face au Covid-19, la Belgique opte pour des restrictions douces !

La crise sanitaire liée à la pandémie du coronavirus tient le monde en haleine depuis des mois. Chaque Etat édite des mesures de protections des populations en vue de limiter les cas de contamination. En Europe, pendant que beaucoup de pays continuent de corser les restrictions pour les populations, la Belgique quant à elle préfère rendre la vie moins dure à ses citoyens. Découvrez dans cet article, comment elle s’y prend.

Assouplissement général des mesures restrictives

Mercredi 23 septembre 2020, les autorités belges ont pris une décision inattendue. Malgré les risques d’expansion du virus qui ne sont pas totalement écartés, le pouvoir de Bruxelles a procédé au levé de certains dispositifs qui restreignent la liberté des citoyens. Selon les explications qu’elles ont fournies, il est préférable d’instituer des mesures plus douces, peuvent être respectées par la majorité des populations, plutôt que des restrictions corsées, qui ne vont être suivies que par la minorité. Ainsi, la Belgique vient de surprendre le monde qui pense qu’il ne faut pas baisser la garde dans la lutte contre le mal terrifiant, même s’il n’est plus si virulent qu’au début. Déjà mises à l’épreuve par la première vague de restrictions plus dures, les populations se sentent soulagées.

Une décision qui fait couler d’encre et de salive

Plusieurs voix se sont déjà levées dans le pays pour dénoncer cette décision prise contre toute attente. Particulièrement, les opposants au régime en place crient à la désolation, et exigent que cette mesure soit abrogée purement et simplement pour préserver la vie des citoyens. Pour eux, au lieu d’être une bonne solution pour les populations, l’assouplissement général des restrictions est une bombe à retardement qui fera plus de victimes. En Europe, les scientifiques sont divisés sur la question. La plupart pense que cette décision n’est pas la bienvenue dans la mesure où, elle prend le contre-pied des nouvelles mesures décidées. De son côté, le gouvernement pense avoir fait une bonne option et invite les populations à plus de civisme.